Sistah Sen, l’artiste reggae qui milite pour la protection de la nature au Cameroun

Le samedi 24 novembre 2018 nous avons assisté à un magnifique concert pour la protection de l’Environnement offert au Centre Culturel Camerounais par l’Artiste musicienne Sistah Sen sous le thème « SAVE THE MOTHER NATURE ». Nous revenons dans cet article sur ses motivations et ses ambitions.

Sistah Sen l’Amazone à la voix bio

Sistah Sen est une artiste musicienne camerounaise originaire du Centre plus précisément du village de Nkometou par Obala. C’est à travers le Reggae que sa voix s’élève pour la protection de la nature. Sa punch line est « SAVE THE MOTHER NATURE ». Elle est titulaire d’une licence en Anthropologie obtenue à l’Univerté de Buea et d’un diplôme de réalisatrice cinématographique et télévision de l’Université Jean Paul II de Yaoundé. Sistah Sen compte poursuivre ses etudes en Environnement. N’est ce pas là un cursus vraiment exceptionnel et à encourager ?Sistah Sen sur scène CP: Sistah Sen

La dramatique naissance de « SAVE THE MOTHER NATURE »

« SAVE THE MOTHER NATURE » est née d’une expérience dramatique. En effet, entre 2008 et 2014 Sistah Sen appartenait au Groupe d’Initiative Commune APERMCAM qui se battait pour la viabilisation d’un espace vert situé vers la nouvelle route Foé dans la ville de Yaoundé. Ils ont transformé ce dernier en Jardin éco-touristique qui abritait non seulement des végétaux comme des arbres fruitiers mais également des animaux tels que les carpes, les cailles, les canards et bien d’autres. Ainsi ce Jardin fournissait de nombreux services éco-systémiques autours de 07 secteurs d’activités suivants :  l’horticulture, l’élevage, la pisciculture, les visites, restauration, l’exposition et vente, la recréation et  la photographie.

Jardin la source avant sa destruction  CP : Sistah Sen
Jardin la source avant sa destruction CP : Sistah Sen

Malheureusement cet espace vert a été vandalisé le 10 Juin 2014 par des particuliers. Ceux-ci disaient être détenteurs du titre foncier d’une zone qui à la base était un marécage et dont APERMCAM détenait l’autorisation d’exploitation délivrée par des autorités compétentes.

Autorisation provisoire de produire d’APERMCAM CP : Sistah Sen
Destruction du jardin la source CP: Sistah Sen

Suite à cet incident un groupe de musiciens appelé « NATURAL VIBRATION » a été mis sur pied en avril 2015 pour la sensibilisation environnementale. C’est ce groupe qui accompagne l’Artiste Sistah Sen dans la réalisation de son projet « SAVE THE MOTHER NATURE » qui a pour premier single « SUN SHINE » et dont la sortie de l’album « SAVE THE MOTHER NATURE » de 10 titre est imminente.

« SAVE THE MOTHER NATURE » au delà du micro : le programme de reboisement dans les écoles maternelles et primaires

Au delà de la scène, le Projet « SAVE THE MOTHER NATURE » est un programme d’action de reboisement qui est implémenté dans les écoles maternelles et primaires. En effet les enfants sont le futur, pour une meilleur préservation de l’environnement il faut les rendre éco responsables dés la base. En Octobre 2017 ce volet s’est déployé à l’école primaire de Nkometou ou 200 plants d’arbres ont été mis terre parmi lesquels les plantes d’ornement mais aussi et surtout des arbres fruitiers qui pourront dans l’avenir nourrir les enfants de cette école rurale.

Programme de reboisement de SAVE MOTHER NATURE CP: Sistah Sen
Programme de reboisement de SAVE MOTHER NATURE CP: Sistah Sen

Des actions comme celles-ci seront encore menées dès la prochaine saison pluvieuse car 20% des fonds mobilisés lors du concert du samedi 24 novembre 2018 seront destinés au reboisement d’une école.

« L’environnement c’est ma raison de vivre, tous mes combats sont liés à l’environnement c’est pourquoi je sensibilise pour sa protection. il faut que les gens sachent que la nature est très importante, qu’ils apprennent à la respecter. Notre insensibilité nous conduit à nos problèmes actuelles (maladies, pollutions, les changements climatiques …) pourtant en protégeant la nature, nous pouvons les éviter… La nature a de nombreuses vertus que l’homme ignore encore »

Sistah Sen

Par Martine Ndo, Décembre 2018

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Translate »